Bien-être

Retour au dossier : Bien-être > Acupuncture
Acupuncture

L’acupuncture dans la pratique

Sur quoi agit l’acupuncture ? Quels en sont les effets physiologiques et cliniques ? Autant de questions auxquelles nous allons répondre.

Les Huit entités psychoviscérales (Benshen)

Cinq entités représentent des phases fondamentales du Shen, c'est-à-dire de l’esprit.

Le Shen comprend l’ensemble des activités mentales qui résident au cœur. Shen désigne aussi les activités mentales spécifiques du cœur comme la conscience, la mémoire, la pensée, le sommeil.

Le Po est le nom de l’âme corporelle. Ce concept réfère entre autres aux sentiments, aux sensations, à l’instinct, à la respiration.

Le Hun, est lui, l’âme éthérée. Le Hun survit au corps au moment de la mort et retourne à l’état d’énergie subtile et immatérielle. On l’inscrit dans les facultés à donner un sens à sa vie, à la capacité de prendre des décisions en accord avec son « moi » profond.

Enfin, le Yi, peut se traduire par la pensée. C’est lui qui décode ce que nous assimilons au cours de notre vie. Elle est sollicitée lors d’études, d’efforts de concentration ou de mémorisation.

Le Zhi se traduit par la volonté, qui permet persévérance et motivation. Le Zhi permet un engagement, une action, perdurer dans le temps.

Les effets physiologiques et cliniques

Le concept de méridien est un concept empirique, établi à une époque où l’on connaissait pas ou peu le fonctionnement de l’organisme.

Certaines pressions à travers la peau induisent des actions réflexes, et la palpation à travers la peau fait partie de la démarche diagnostique, comme la prise du pouls ou la palpation des ganglions.

Une étude menée sur des souris à permis de relever une forte teneur en adénosine, un antalgique sécrété par certaines cellules coïncide avec une diminution importante de la souffrance pour deux tiers de souris traitées.

Quant à l’efficacité clinique de l’acupuncture, elle reste difficile à évaluer. La méthodologie préférentielle est de comparer l’action de l’acupuncture traditionnelle (sur les méridiens classiques) à celle d’une acupuncture « placebo » où les aiguilles sont situées ailleurs que sur ces mêmes méridiens.

Les études montrent des résultats partagés  avec une efficacité parfois comparable des deux techniques, tant dans les migraines que dans les douleurs chroniques de dos.

De même, une étude comparative sur les nausées par des radiothérapies anticancéreuses sur une cohorte de 215 personnes montre que les résultats sont identiques entre un groupe réellement soumis à l’acupuncture et un groupe qui croit l’être alors que les aiguilles se rétractent et ne transpercent pas la peau.

© 2010 IMD - 11, rue Philippe-Lebon - BP 51605 - 87023 LIMOGES Cedex 9. Reproduction même partielle de ce site interdite. Hébergement : Celeonet. Conception et réalisation : JWBC Consulting. Design graphique : Guillaume Isselin. Images : iStockphoto (Troels Graugaard, Daniel Laflor, Neustockimages, Peepo, Pali Rao, Jacob Wackerhausen).