Santé

Retour au dossier : Santé > Arthrose
Arthrose

Le patient et l’arthrose

Vous souffrez de l’arthrose et vous attendez patiemment dans la salle d’attente avant qu’un docteur puisse vous consulter. Vous êtes appelé. Vous entrez dans le bureau du spécialiste. La consultation commence.

L’interrogatoire de la consultation du patient souffrant de l’arthrose

« Vous seul êtes capable de définir les caractéristiques de la douleur ressentie et son « classement » en tant que douleur arthrosique mécanique ou non » souligne le site www.doctissimo.fr. Votre examen clinique va reposer sur un examen des articulations douloureuses. Le médecin va procéder une palpation et va prendre connaissance des déformations articulaires rencontrées, de l’amplitude des mouvements restants possibles ou de la présence d’un épanchement liquidien, notamment dans les genoux. Deux types de questionnaires sont utilisés pour « apprécier l’importance de la douleur et du handicap » rappelle le site. Le premier, baptisé EVA ou échelle visuelle analogique va permettre au patient de chiffrer lui-même l’importance de la douleur et de son handicap. Il doit être renouvelé tous les trois ou six mois, afin de chiffrer l’amélioration obtenue. Le second, repose sur des indices fonctionnels. Concrètement, il s’agit de questionnaires spécifiques sur le genou ou la hanche (indice de Lesquesne) ou encore la main (indice de Dreisser).

Les examens et analyses complémentaires liés à l’arthrose

La prise de sang n’est pas nécessaire, car il n’existe aucun marqueur biologique de l’arthrose. Une radio,elle, reste pas contre indispensable. « Quatre signes radiologiques sont caractéristiques :

  • La destruction de l’articulation par destruction du cartilage
  • Une condensation osseuse sous le cartilage
  • La présence d’excroissance osseuses ou ostéophytes
  • La présence de géodes (trous à l’emporte-pièce) dans l’os autour de l’articulation »

Les IRM ou scintigraphies osseuses sont inutiles pour poser le diagnostic de l’arthrose. Il faut rester dans la délivrance des diagnostics. Certaines pathologies « cousines » peuvent être confondues avec de l’arthrose  à l’instar de la polyarthrite chronique évolutive, des rhumatismes psoriasiques, de l’ostéonécrose ou de la tuberculose osseuse.

© 2010 IMD - 11, rue Philippe-Lebon - BP 51605 - 87023 LIMOGES Cedex 9. Reproduction même partielle de ce site interdite. Hébergement : Celeonet. Conception et réalisation : JWBC Consulting. Design graphique : Guillaume Isselin. Images : iStockphoto (Troels Graugaard, Daniel Laflor, Neustockimages, Peepo, Pali Rao, Jacob Wackerhausen).