Santé

Retour au dossier : Santé > Problèmes auditifs
Problèmes auditifs

Silence et isolement

Nous sommes des êtres sociaux, nous vivons dans un monde de communication où chacun de nos sens sont sollicités en permanence. Perdre partiellement ou totalement l’usage d’un de ces sens tel que l’ouïe conduit souvent à l’isolement. Il est possible d’y faire face avec la complicité de son entourage.

Un éloignement progressif

Lorsque l’on perd progressivement de l’audition, on perd des morceaux de phrases, certains mots s’échappent et c’est le sens qui fuit. Il faut faire répéter, on perd le fil de la conversation, on se lasse. On prête de moins en moins attention à ce qui se dit et l’on s’adresse de moins en moins à nous.

Lorsque l’on est privé progressivement d’un sens sur lequel on a construit toute une partie de notre existence, c’est un ensemble de repères qui disparaissent. C’est pourquoi il est essentiel de stimuler ses autres sens et capacités cognitives et sociales.

Il est tout à fait naturel de ne pas accepter ces signes du temps qui passe et beaucoup se referment sur eux-mêmes. Toutefois, la société a pris conscience de ces réalités de la perte d’audition. La médecine a fait d’énormes progrès, et les solutions techniques, même si elles ne remplacent pas l’ouïe de nos vingt ans, apportent une compensation déjà très intéressante.

Patience, attention différente et alternatives de communication

Le malentendant et son entourage doivent adapter leurs comportements pour faire évoluer la nature du lien social, solliciter les autres sens tout en valorisant la part restante de l’audition. Conscient des troubles auditifs, les proches doivent faire l’effort de parler spontanément plus clairement. C’est d’autant plus valable pour les jeunes générations qui articulent de moins en moins.

Parler plus fort aura simplement tendance à énerver tous les interlocuteurs, mais la compréhension n’en sera que rarement meilleure. Il faut surtout veiller à limiter tous les bruits parasites et les conversations croisées. Chaque mot doit pouvoir se détacher. Il est important de capter l’attention de la personne qui souffre de troubles auditifs avant de lui parler.

Il faut pouvoir être proche de son interlocuteur. Non seulement pour mieux profiter du son mais également pour bénéficier d’autres points d’accroche… visuels ou tactiles, par exemple. Le visage apporte énormément d’informations au mal entendant, même s’il ne sait pas lire sur les lèvres.

© 2010 IMD - 11, rue Philippe-Lebon - BP 51605 - 87023 LIMOGES Cedex 9. Reproduction même partielle de ce site interdite. Hébergement : Celeonet. Conception et réalisation : JWBC Consulting. Design graphique : Guillaume Isselin. Images : iStockphoto (Troels Graugaard, Daniel Laflor, Neustockimages, Peepo, Pali Rao, Jacob Wackerhausen).