Société

Retour au dossier : Société > Place des seniors
Place des seniors

Les séniors vus par les autres

L’image des sages ? Des bienheureux qui profitent d’une retraite méritée ou un poids pour la société ? La perception des aînés a changé au fil des siècles et ne cesse encore d’évoluer.

Qui nous parle de respect ?

Si la vieillesse bénéficie d’une image assez positive dans la société, l’arrivée des Baby Boomers à la retraite engendre un certain nombre de bouleversements et de questions. Les personnes âgées sont de plus en plus considérées à travers le poids économique qu’elles représentent pour la société.

Pour 45 % des Français toutefois, vieillesse est synonyme d’expérience, 40 % l’assimile même à la sagesse. Pour 30 % d’entre eux, la maturité des séniors est une richesse pour la société. Néanmoins, 23 % de la population associent vieillesse et charge, 18 % y voient un signe de déclin et 16 % la rattache au terme de handicap selon l’institut TNS Sofres.

Entre respect et angoisse, la vieillesse dérange parce qu’elle renvoie chacun à sa propre fin.

Les séniors coûtent cher

C’est une idée majeure qui ressort des opinions sur les personnes âgées. Peut-être oublie-t-on les années de travail productif, les cotisations sociales, la prise en charge des retraites des générations précédentes ? Les séniors pour le moment ne sont pas autant les produits de la société de consommation que les plus jeunes générations. Certes ils consomment, mais ils donnent aussi beaucoup d’eux-mêmes. Ils sont les premiers à s’investir dans les associations et rendent des services très productifs à la société.

Néanmoins, la dégradation de la santé au fil des années entraîne une augmentation des dépenses. Il est cependant toujours difficile de calculer mais surtout moralement dérangeant d’évoquer la rentabilité d’un individu.

La question de la vieillesse renvoie quasiment systématiquement à des considérations économiques. Quand on interroge les Français sur les maisons de retraites, 96 % de la population les trouvent trop onéreuses. 44 % seulement se disent prêt à payer une place dans un de ces établissements à un de leurs proches aînés.

Toutefois ils sont heureusement 60 % à se dire près à accueillir les personnes âgées de leur famille à leur propre domicile. En caricaturant à peine, les foyers les moins aisés sont prêts à dépenser du temps pour les séniors, les plus riches en auront quant à eux pour leur argent.

La solidarité s’effrite puisque de plus en plus de Français se disent favorables à un financement individuel de la dépendance.

Le paradoxe du dynamisme des séniors

Pour beaucoup d’entreprises, arrivée la soixantaine, l’individu est beaucoup moins rentable et efficace. Inversement, les séniors intéressent de plus en plus les marchés en tant que consommateurs potentiels dynamiques et aux centres d’intérêt variés. Le seront-ils toujours autant s’ils n’en ont plus les moyens financiers ?

© 2010 IMD - 11, rue Philippe-Lebon - BP 51605 - 87023 LIMOGES Cedex 9. Reproduction même partielle de ce site interdite. Hébergement : Celeonet. Conception et réalisation : JWBC Consulting. Design graphique : Guillaume Isselin. Images : iStockphoto (Troels Graugaard, Daniel Laflor, Neustockimages, Peepo, Pali Rao, Jacob Wackerhausen).